10 raciens sur le Trail des Pyramides Noires samedi 27 mai 2017

31° à l’ombre, mais seulement sur les terrils… il n’y a pas d’ombre , et c’est malgré sous une chaleur de plomb que tous les raciens au départ sont finishers. Sur le 105 km, où se trouvaient 5 raciens, seulement 51% des partants ont vu la ligne d’arrivée, mais 100%  des trailers du club qui ont pris le départ.

A noter :

Très belle place de Romuald, 16ème du 105 km, à 1 mois après le Marathon des Sables (250km en 5 j), et aussi les 100 km de Steenwerck 2 jours avant en 13h14mn. Bravo

Edie et Sylviane arrivées main dans la main, en 3 ème place ex aequo sur le podium avec de beaux paniers garnis sur le 105 km.

Belle organisation avec plus ou moins de distances et de terrils :

CltNomPrenomCatClt/catTempskmh 
105 km 1800D+76/148 finish51%
16AUBRYROMUALDV2M315:48:056.65
61SALOMEEDELTRAUDV2F118:10:465.78
62MILLERSYLVIANEV2F218:10:465.78
66SALOMEALAINV2M1118:15:485.75
67DELATTRECLAIREV2F318:15:485.75
50 km 500D+167/190 finish88%
50ASTORGASEBASTIENV1M1906:46:037.39
152DYMMONIQUEV2F409:05:495.50
153SZYMANSKIFRANCOISSEM5209:05:505.50
35 km 400D+167/185 finish90%
56POCOCKMAXIMILIENSEM2903:52:089.05
20 km 350D+322/370 finish87%
123DUMONTHELENESEF1002:53:577.59

Merci à Sabine pour les photos. Si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à les faire parvenir à Alain SALOME.

 veste offerte à chaque finisher du 105km, floquée de votre prénom à l’arrivée.

Trail de la côte d’Opale 8/9/10 sept 2016

Le RAC s’est déplacé en nombre sur le Trail de la Côte d’Opale, avec des représentants sur la  plupart des distances (et certains sur plusieurs !)

Les conditions étaient idéales sous ce beau soleil.

Sur le 13Km nocturne :

  • Romuald AUBRY : 296ème sur 431

Sur le 14Km :

  • Emilie PARIS: 549ème sur 1429
  • Fanny MELKI  650ème sur 1429

 

Sur le 21Km :

  • Florent LLORENS : 74ème sur 1133

Sur le 31Km :

  • Alexis BAILLEUL : 530ème sur 1125
  • Monique DYM : 624ème sur 1125
  • Véronique DEBANDT : 629ème sur 1125
  • François SZYMANSKI : 735ème sur 1125
  • Jean-Noël DEBROUX : 747ème sur 1125

Sur le 42km :

  • Sébastien DIDIER : 274ème sur 455
  • Alexis MOULIN : 297ème sur 455

Sur le 62 :

  • Sophie PONTZEELE : 141ème sur 647
  • Alain SALOME : 521ème sur 647
  • Edeltraud SALOME : 522ème sur 647
  • Claire DELATTRE : 584ème sur 647

szym sebastien salomes pontzeele paris nathno moulin ld_34632779 dym delattre debroux debandt bailleulimg_20160911_075400img_20160911_180122

TOUR DE LA GRANDE CASSE 65 km et 3850m D+ 21 août 2016

Départ au petit jour de Carole, Edi, Claire et Alain pour ce trail alpin contournant la Grande Casse, un des sommets culminants du Parc de la Vanoise. Retour sur Pralognan après une belle boucle et le passage de 4 cols (de la Vanoise, de la Leisse, du Palet et de Leschaux). Une belle journée  sportive dans un cadre idyllique.

Caudron Carole  12:46:14

Delattre Claire  14:19:45

Salome Edeltraud 14:40:55

Salome Alain V2H 14:40:57

img_20160821_035325 img_20160821_102415 img_20160821_150054 img_20160821_162332img_20160821_184223capture-d-e-cran-2016-11-06-a-18-50-11

L’UTTJ : Un Tour en Terre de Jura, 120km 6800m D+ en 3 jours 14-15-16 juillet 2016

Couple de trailers à la recherche de dénivelé, ce trail dans le haut Jura paraissait idéal pour la progression des difficultés dans le cadre de la préparation du trail Bourbon  (120km 6800D+ 1 étape).

Une première étape le 14 juillet départ 18h avec 15km et 728m D+, pour enchaîner le 15 juillet dès 7h du matin 62 km et 3138m D+, avant de terminer le 16 juillet sur 44 km 2424m D+.

Mais l’essentiel n’est pas là, car ce fut un super trail, variant :

  • les passages techniques, très pentus, où il est nécessaire de s’aider des mains pour franchir des obstacles,
  • des périodes agréables de sous-bois de forêts généreuses, où il nous était possible de dérouler,
  • des passages de crêtes où la splendide vue était une récompense offerte par la nature,
  • des endroits de rêve avec des cascades d’eau fraîche dans une nature luxuriante,
  • des surprises où les ravitaillements deviennent des centres d’animations dignes d’une arrivée en fanfare, où la gorge de l’abîme devient un château avec son marquis.
  • des bénévoles, super sympas, avec la banane, et visiblement heureux de contribuer à notre plaisir, avec beaucoup de sincérité… le monde du vrai trail, loin des grosses machines commerciales.

Vous l’aurez compris, on a aimé et on vous le conseille, après un sérieux entraînement, car ça reste un trail sportif, et quelques trailers ont eu chaud aux fesses avec les barrières horaires.

Après l’annonce de la disparition d’un habitué  du trail UTTJ un mois avant (il était inscrit à cette course, et le doyen a porté le dossard en hommage), et la tragédie de Nice, nous l’avions amer.  Alors m’est revenu en tête la légende amérindienne du Colibri, cet oiseau qui arrosait de quelques gouttes d’eau l’incendie de forêt, et en réponse aux remarques des autres animaux qui soulignaient qu’il ne pourrait jamais éteindre l’incendie de cette manière, il répondit « je le sais, mais j’apporte ma part ». Et le matin du départ du 3ème jour, le 16 juillet, j’ai raconté cette histoire au micro en soulignant que tous les trailers, qui ont apporté une pierre au petit tas sur une des hauteurs du parcours en hommage à Jean-Louis, visiblement estimés par ceux qui l’ont connu, étaient des gouttes d’eau, preuves de SOLIDARITE . Ma goutte d’eau était une preuve d’AMOUR, car pour nous, c’était un trail de noces ou noces de trail pour 34 ans de mariage en ce 16 juillet, et, avec la complicité de Michèle, une des sympathiques bénévoles, j’ai offert un bouquet à Edie sous les applaudissements des 200 personnes présentes, avides de gestes positifs après les tristes informations.

Bien sûr, il y aussi de rencontres, un clin d’oeil à Sam, Franck, Laurent, Benoît, Guillaume, Stéphanie…et tous les gens trailers et bénévoles sympas rencontrés lors de ce séjour.

Donc finishers ensemble de l’UTTJ et bien moins important mais réel, nous terminons sur 161 inscrits, 121 finishers :

Clas. /Nom Prénom                   / Dos. /Prologue /JOUR 1 /JOUR 2 /TOTAL /H/F                     /Cat.             / Club

95 /SALOME ALAIN                /106 /2:02:19 /11:20:08 /9:06:46 /22:29:13 /Homme 1960/Vétéran 2 /Ronchin AC

96 /SALOME EDELTRAUD /107 /2:02:19 /11:20:08 /9:06:46 /22:29:13 /Femme 1961 /Vétéran 2     /Ronchin AC

Edie se place  3ème V162F/9 inscrites.

1IMG_7398Un 3 et un 4 au 34 ème km le 16 juillet pour nos 34 ans de mariage.IMG_7345Le bouquet du 16 juillet, Noces de rail

IMG_7405Avec ma complice Michèle pour le bouquet

IMG_7283 IMG_7262 IMG_7393 IMG_7373 IMG_7227 IMG_7369 IMG_7362 IMG_7348 IMG_7313 IMG_7308 IMG_7307 IMG_7301 IMG_7277 IMG_7271 IMG_7258 IMG_7223 Alain Edie UTTJ IMG_7198IMG_7225 IMG_7246 IMG_7250 IMG_7251 IMG_7256 IMG_7320 IMG_7323 IMG_7326 IMG_7330 IMG_7347 IMG_7401 IMG_7402 IMG_7404Monsieur le marquis, animateur d’exception.

IMG_7400Un autre couple qui s’apprête à La Réunion

IMG_7344  Frédéric Sabot, le pote du nord, déjà rencontré lors des Templiers  IMG_7409Franck champion de natation (record sur 24h =63km parcouru)

24 h de l’Echos d’Olhain les 2 et 3 juillet 2016, 151 km pour Jean Claude

Prouesse de Jean-Claude, qui termine 17 ème /104 avec 151 km d’endurance et de tactique, racontée par JC : « Je vous envoie (avec quelque retard, mais maintenant que mon objectif est passé je suis débordé!) un compte rendu de ma course du 2 et 3/07 à Olhain. 

24 h ohlain-

  La version courte ci après, la version longue en-dessous (ça dure quand même 24h!).

Pour la deuxième année je participais à la course de 24h du Pas de Calais, le 2 et 3 Juillet dans la base départementale d’Olhain. Cette année, outre un petit changement de nom, le lead de l’organisation était pris par le département, mais l’âme de la manifestation a été préservé: fête, convivialité, et partage d’un moment de bonheur dans l’oasis du parc de loisir.Seul maillot jaune estampillé du RAC, je pense avoir fait brillé dignement nos couleurs avec une 17ème place sur 104 inscrits sur 24h, avec un cumul kilométrique de 151km (mon objectif étant 150km!), à quoi il faut ajouter 3700m de dénivelé (à raison de 63m par tour de 2,5km!).En voyant les photos prises en fin de parcours, vous verrez que je n’étais pas à la fête, mais je me suis déridé depuis!

Version Longue :

Deuxième participation sur la course des 24h de ce rendez-vous de fin de saison, et seul représentant de nos couleurs, cette année.
La course s’annonçait donc doublement solitaire, puisque je participais en solo sur la distance et sans le confort du soutien des copains du club. Mais bon, il en fallait plus pour m’arrêter…
La météo acceptable bien qu’un peu fraiche la nuit à mon goût comme on pourra le voir plus loin.
Le parcours « durci » par rapport à l’année dernière avec 63m de dénivelé par tour de 2,5km au lieu de 30m l’année dernière, ce qui était déjà bien suffisant! Je suis curieux de savoir quel est l’intérêt pour les organisateurs de cette course d’endurance de martyriser à ce point les coureurs…28000910890_7085587bd6_k
Une constante heureusement : l’ambiance et l’organisation tout au long de ces 24h sont toujours aussi fabuleuses, ce qui aide quand même beaucoup à tenir le coup ! Merci aux organisateurs.
J’installe mon stand avec une table de repos-casse-croute-vestiaire en retrait du parcours et une table avec ma caisse de ravitaillo rapide en bord du parcours, selon mes habitudes prises sur les courses horaires.
Départ donc gentiment le samedi à 16h du camping pour une ronde de 24h : pas de stress, je prends d’emblée mon rythme avec alternance de course et marche (marche dans les raidillons pour ne pas se cramer). 77ème au passage du premier tour, j’ai de la marge de progression !
Trois heures de course, 10 tours, je suis passé sur un tour de la 67ème place à la 60ème ! C’est là que commence à payer la stratégie de la sagesse : à partir de ce moment et pendant 3 heures je remonte entre 3 et 5 places à chaque tour.

27666512764_fb18118a3d_z
20h, c’est l’heure de manger : une petite pose pour avaler quelques nouilles après 4h de course, pour entretenir le stock de carburant.
21h : l’afficheur que je consulte à chaque passage de la ligne est transformé en écran de télé géant pour la retransmission du match de foot Italie-Allemagne. C’est sympa pour les accompagnants, mais ça me perturbe de ne plus suivre mon compteur.
8 heures de course : nouvelle pose nouilles. Il est minuit, les choses sérieuses commencent : la course de nuit. Outre la difficulté de la lecture du parcours avec la lampe frontale (une partie du parcours en sous bois empreinte une allée en schiste boueuse et non éclairée), mon attention est prise à guetter le moment ou le métabolisme va se rebeller, en rappelant d’une manière ou d’une autre que sa place n’est pas à faire du sport à cette heure… Pour tromper un peu l’esprit j’ai mis en route le MP3. Je suis 38ème, et je sais qu’au cœur de la nuit mon classement va faire un bon (en profitant de l’arrêt des autres compétiteurs).
Ca y-est, un coup de pompe avec un début de lassitude! Je soigne ça au ravitaillo « 24h solo » avec un double café bien sucré : ça repart!
2 et 3 Juillet 2016
4h30 du matin, soit 12h30 de course, pose nouille, je cherche dans le ciel les signes avant coureurs du levé du jour : sortir de la nuit fait toujours du bien au moral, d’autant que je suis 19ème. Les oiseaux commencent leur concert, trop heureux aussi d’avoir réchappé à la nuit.
5h30 : je vois ma fille Céline qui a fait 50km juste pour me supporter à cette heure charnière du petit matin, comme l’année dernière. Cette année elle aura au moins la chance de me voir encore courir ! On discute brièvement, je lui recommande d’aller voir la cote sympa, celle qui fait mal à chaque tour… Au tour suivant, en haut de la dite cote, on se dit au revoir, elle rentre se coucher…
14h15 de course, je commence à avoir des problèmes digestifs : il y a un truc qui passe pas.
14h45 de course: le malaise. En passant la ligne je tombe dans un état d’hypothermie, je tremble comme une feuille, je claque des dents. Je me traine jusqu’à mon stand : défaire les chaussures me semble prendre des heures, j’enfile des collants, un sweat en haut. Je prends un berlingot énergétique et du Coca, me force à manger, puis je repars en marchant… 20 mètres avant de vomir ! Bon, ben ça c’est fait, je continue, je suis 21ème.
Je sors les antennes, je vais puiser de l’énergie mentale dans les encouragements des coureurs, de la bande à Muriel dont le stand est juste en bas de la cote, des bénévoles du poste de ravitaillement des « 24h solo » (merci les bénévoles!), des accompagnateurs, des spectateurs qui arrivent pour la course des 6h.
3 tours de marche, je me refais une santé avec du ravitaillement léger. Pendant ce temps ça cogite : 17h de course et je viens de passer les 105km. Il me reste 7 heures pour atteindre mon objectif de 150km. 45km en 7h. En comptant une moyenne de 25 minutes par tour ça devrait rentrer tout juste, mais il n’y a pas de marge !
J’enlève les épaisseurs de vêtement et reprend mon allure course et marche : c’est reparti, je tiens bien en dessous des 25’ par tour !28203943911_310bb422be_z

19h30 de course, je faibli, je ne tiens plus la course à pied. Je suis 17ème, je m’autorise la marche jusqu’aux 22h, avant de sortir l’arme fatale !
Voilà, je suis à l’heure stratégique, à un peu plus de 2 heures de l’arrivée, je sorts les bâtons de marche nordique. De l’expérience de l’année passée ou j’avais utilisé des bâtons de rando pour m’aider dans les derniers tours à gravir les côtes, j’ai opté pour des bâtons monobrin de marche nordique un peu courts de 10cm, plus faciles à « emmener » que mes grands bâtons habituels et bien adaptés aux montées. Me voila parti pour un rush final de 2 heures, avec pour objectif de tout donner pour passer la ligne juste avant les 24h afin de pourvoir comptabiliser le tour supplémentaire qui me permettra de dépasser les 150km.
Ca gaze, je sens que j’ai repris de la vitesse, je réduits les temps de ravitallo au minimum : berlingots énergétiques pris au passage sur ma table et un verre d’eau 200m plus loin pour faire passer le goût (le dégoût…).
Plus qu’une heure: plus d’arrêt. Je n’ai plus de notion de mon compteur, mais à ce point la pire des choses serait de réfléchir. Les dés sont jeter, les dernières forces vont bientôt l’être aussi. D’ailleurs l’afficheur de comptage des tours est désactivé pendant la dernière heure…
Dernier tour avant de passer sous les 24h, du moins je l’espère. Je retrouve la force de courir dans une ou deux