24 h de l’Echos d’Olhain les 2 et 3 juillet 2016, 151 km pour Jean Claude

Prouesse de Jean-Claude, qui termine 17 ème /104 avec 151 km d’endurance et de tactique, racontée par JC : « Je vous envoie (avec quelque retard, mais maintenant que mon objectif est passé je suis débordé!) un compte rendu de ma course du 2 et 3/07 à Olhain. 

24 h ohlain-

  La version courte ci après, la version longue en-dessous (ça dure quand même 24h!).

Pour la deuxième année je participais à la course de 24h du Pas de Calais, le 2 et 3 Juillet dans la base départementale d’Olhain. Cette année, outre un petit changement de nom, le lead de l’organisation était pris par le département, mais l’âme de la manifestation a été préservé: fête, convivialité, et partage d’un moment de bonheur dans l’oasis du parc de loisir.Seul maillot jaune estampillé du RAC, je pense avoir fait brillé dignement nos couleurs avec une 17ème place sur 104 inscrits sur 24h, avec un cumul kilométrique de 151km (mon objectif étant 150km!), à quoi il faut ajouter 3700m de dénivelé (à raison de 63m par tour de 2,5km!).En voyant les photos prises en fin de parcours, vous verrez que je n’étais pas à la fête, mais je me suis déridé depuis!

Version Longue :

Deuxième participation sur la course des 24h de ce rendez-vous de fin de saison, et seul représentant de nos couleurs, cette année.
La course s’annonçait donc doublement solitaire, puisque je participais en solo sur la distance et sans le confort du soutien des copains du club. Mais bon, il en fallait plus pour m’arrêter…
La météo acceptable bien qu’un peu fraiche la nuit à mon goût comme on pourra le voir plus loin.
Le parcours « durci » par rapport à l’année dernière avec 63m de dénivelé par tour de 2,5km au lieu de 30m l’année dernière, ce qui était déjà bien suffisant! Je suis curieux de savoir quel est l’intérêt pour les organisateurs de cette course d’endurance de martyriser à ce point les coureurs…28000910890_7085587bd6_k
Une constante heureusement : l’ambiance et l’organisation tout au long de ces 24h sont toujours aussi fabuleuses, ce qui aide quand même beaucoup à tenir le coup ! Merci aux organisateurs.
J’installe mon stand avec une table de repos-casse-croute-vestiaire en retrait du parcours et une table avec ma caisse de ravitaillo rapide en bord du parcours, selon mes habitudes prises sur les courses horaires.
Départ donc gentiment le samedi à 16h du camping pour une ronde de 24h : pas de stress, je prends d’emblée mon rythme avec alternance de course et marche (marche dans les raidillons pour ne pas se cramer). 77ème au passage du premier tour, j’ai de la marge de progression !
Trois heures de course, 10 tours, je suis passé sur un tour de la 67ème place à la 60ème ! C’est là que commence à payer la stratégie de la sagesse : à partir de ce moment et pendant 3 heures je remonte entre 3 et 5 places à chaque tour.

27666512764_fb18118a3d_z
20h, c’est l’heure de manger : une petite pose pour avaler quelques nouilles après 4h de course, pour entretenir le stock de carburant.
21h : l’afficheur que je consulte à chaque passage de la ligne est transformé en écran de télé géant pour la retransmission du match de foot Italie-Allemagne. C’est sympa pour les accompagnants, mais ça me perturbe de ne plus suivre mon compteur.
8 heures de course : nouvelle pose nouilles. Il est minuit, les choses sérieuses commencent : la course de nuit. Outre la difficulté de la lecture du parcours avec la lampe frontale (une partie du parcours en sous bois empreinte une allée en schiste boueuse et non éclairée), mon attention est prise à guetter le moment ou le métabolisme va se rebeller, en rappelant d’une manière ou d’une autre que sa place n’est pas à faire du sport à cette heure… Pour tromper un peu l’esprit j’ai mis en route le MP3. Je suis 38ème, et je sais qu’au cœur de la nuit mon classement va faire un bon (en profitant de l’arrêt des autres compétiteurs).
Ca y-est, un coup de pompe avec un début de lassitude! Je soigne ça au ravitaillo « 24h solo » avec un double café bien sucré : ça repart!
2 et 3 Juillet 2016
4h30 du matin, soit 12h30 de course, pose nouille, je cherche dans le ciel les signes avant coureurs du levé du jour : sortir de la nuit fait toujours du bien au moral, d’autant que je suis 19ème. Les oiseaux commencent leur concert, trop heureux aussi d’avoir réchappé à la nuit.
5h30 : je vois ma fille Céline qui a fait 50km juste pour me supporter à cette heure charnière du petit matin, comme l’année dernière. Cette année elle aura au moins la chance de me voir encore courir ! On discute brièvement, je lui recommande d’aller voir la cote sympa, celle qui fait mal à chaque tour… Au tour suivant, en haut de la dite cote, on se dit au revoir, elle rentre se coucher…
14h15 de course, je commence à avoir des problèmes digestifs : il y a un truc qui passe pas.
14h45 de course: le malaise. En passant la ligne je tombe dans un état d’hypothermie, je tremble comme une feuille, je claque des dents. Je me traine jusqu’à mon stand : défaire les chaussures me semble prendre des heures, j’enfile des collants, un sweat en haut. Je prends un berlingot énergétique et du Coca, me force à manger, puis je repars en marchant… 20 mètres avant de vomir ! Bon, ben ça c’est fait, je continue, je suis 21ème.
Je sors les antennes, je vais puiser de l’énergie mentale dans les encouragements des coureurs, de la bande à Muriel dont le stand est juste en bas de la cote, des bénévoles du poste de ravitaillement des « 24h solo » (merci les bénévoles!), des accompagnateurs, des spectateurs qui arrivent pour la course des 6h.
3 tours de marche, je me refais une santé avec du ravitaillement léger. Pendant ce temps ça cogite : 17h de course et je viens de passer les 105km. Il me reste 7 heures pour atteindre mon objectif de 150km. 45km en 7h. En comptant une moyenne de 25 minutes par tour ça devrait rentrer tout juste, mais il n’y a pas de marge !
J’enlève les épaisseurs de vêtement et reprend mon allure course et marche : c’est reparti, je tiens bien en dessous des 25’ par tour !28203943911_310bb422be_z

19h30 de course, je faibli, je ne tiens plus la course à pied. Je suis 17ème, je m’autorise la marche jusqu’aux 22h, avant de sortir l’arme fatale !
Voilà, je suis à l’heure stratégique, à un peu plus de 2 heures de l’arrivée, je sorts les bâtons de marche nordique. De l’expérience de l’année passée ou j’avais utilisé des bâtons de rando pour m’aider dans les derniers tours à gravir les côtes, j’ai opté pour des bâtons monobrin de marche nordique un peu courts de 10cm, plus faciles à « emmener » que mes grands bâtons habituels et bien adaptés aux montées. Me voila parti pour un rush final de 2 heures, avec pour objectif de tout donner pour passer la ligne juste avant les 24h afin de pourvoir comptabiliser le tour supplémentaire qui me permettra de dépasser les 150km.
Ca gaze, je sens que j’ai repris de la vitesse, je réduits les temps de ravitallo au minimum : berlingots énergétiques pris au passage sur ma table et un verre d’eau 200m plus loin pour faire passer le goût (le dégoût…).
Plus qu’une heure: plus d’arrêt. Je n’ai plus de notion de mon compteur, mais à ce point la pire des choses serait de réfléchir. Les dés sont jeter, les dernières forces vont bientôt l’être aussi. D’ailleurs l’afficheur de comptage des tours est désactivé pendant la dernière heure…
Dernier tour avant de passer sous les 24h, du moins je l’espère. Je retrouve la force de courir dans une ou deux

 

Ultrachampsaur 55km 3700m D+ 3 juillet 2016 pour Sophie

Bravo Sophie pour ta 2ème place SF. Récit de Sophie : « Quelques nouvelles de l’Ultra Champsaur que j’ai couru dimanche dernier. Pour moi, c’était le premier vrai trail longue distance en montagne, et je vous assure que c’est bien autre chose que ce qu’on appelle « trail » din ch’nord Razz
Au programme : 55 km, 3 700 m de dénivelé positif, sans oublier le dénivelé négatif qui fait largement aussi mal aux jambes voire plus… Sur le parcours, il n’y a pratiquement jamais de portions planes : 4 ascensions majeures, avec 3 passages de cols à 2400 m d’altitude, des descentes piégeuses avec pierres, racines, herbes hautes cachant ornières, trous et caillasses et virages en épingle. Finalement, le plus agréable ce sont les ascensions, car une fois le bon rythme trouvé on peut profiter à fond de paysages somptueux, et qui changent à chaque passage de col.
Mon objectif était avant tout de finir et de prendre du plaisir : objectif atteint même si les derniers kilomètres, et surtout la dernière descente étaient un peu un calvaire. Je termine 109è au scratch, pile au milieu du classement (218 partants et 13 abandons), 7ème féminine sur 21 et 2ème sénior (tiens, tiens, encore une fois Laughing … mais ce coup-ci la 1ère sénior est 1h50 devant cyclops ). Du coup, plutôt fière de mon résultat sur un terrain que j’aime beaucoup mais auquel nous autres ch’tis ne sommes pas très préparés.
Voilà, bonnes vacances à tous ceux qui en prennent et bonne chance pour ceux qui ont des objectifs cet été.
On se retrouvera sûrement, avec quelques-uns d’entre vous, sur le trail de la Côte d’Opale en septembre. »3
http://www.ultrachampsaur.com/site/index.php/FR/parcours/55-km-ultrachampsaur

afficheUltraChampsaur-55km-2016-EkklA-trail-054705_EkklA

DCIM100GOPROGOPR0163.

DCIM100GOPROGOPR0163.

Trail des pyramides noires (TPN) 28 Mai 2016 : 22, 35, 50 et 105 km

Trail des Pyramides noires: des participants rincés mais pas douchés :

 Ils ont souffert de la chaleur. Mais ont échappé à la pluie. Les valeureux traileurs de cette épreuve qui sillonne le bassin minier ont franchi la ligne d’arrivée, sur le carreau de fosse du 9/9 bis d’Oignies, avec le sourire. Et une certaine fierté, plus que compréhensible.

8 Raciens sur les 4 courses :

105 km Ultra trail : 143 engagés, 110 arrivés soit 30% abandons , et pour le RAC =3 engagés : Romu, Edie et Alain = 3 jusqu’auboutistes.

  • 19 AUBRY Romuald / 6 V1M / 19 M / 13:18:17 / 7.89 kmh
  • 71 SALOME Edeltraud /1 V2F /2 F /16:19:20 / 6.43kmh
  • 72 SALOME Alain /8 V2M / 70 M /1 6:19:20 / 6.43 kmh

Micro climat sans pluie sur cette journée qui démarrait à 3h du matin, à la frontale, mais avec un magnifique levé de soleil sur l’Artois, admiré de « tout in haut d’ech terril », avec un petit voile d’humidité sur les champs, mais pas le temps de prendre les photos. Beaucoup de faux plats, avec 25 bosses noires qui font découvrir les environs, et les trailers quelques centaines de mètres devant, et là il faut repartir.

Bravo au super classement de Romuald qui fait 19ème au Scratch, à Edie qui termine 1ère de sa catégorie et 2ème féminine. Et un Grand Merci à Sabine et son fils qui par leurs encouragements valent bien une potion magique…d’ailleurs faudra voir si c’est pas dans la liste du dopage ….

Bravo aussi aux autres raciens qui étaient sur les autres courses :

FB_IMG_1465336456494

50 km / 132 arrivants

  • 121 SZYMANSKI Francois / 48 SEM /110 M / 07:17:34 /6.86 kmh

35 km /140 arrivants

  • 108 TAILLEZ Philippe /10 V2M / 94 M /04:48:28 /7.28 kmh
  • 109 MOULIN Alexis /55 SEM / 95 M /04:48:28 / 7.28 kmh

22 km / 331 arrivants

  • 272 DYM Monique / 3 V2F/ 39 F / 02:59:09/ 7.37 kmh
  • 304 CADART Aurelie/28 SEF / 50 F/ 03:08:59 /6.98 kmh

Départ IMG_7105 IMG_7107 13335548_1027036937350924_7001078675894917779_n   En course13315440_10209768998885029_3353687200403742065_n 13321958_10209769016845478_4640184728582131308_n 13321659_10209769017365491_6878273988170837788_n 13315688_10209768565314190_5187698211758054108_n

A l’arrivéeTrophée Edie 13312698_1027009827353635_3140743825553120664_n  trophée

Trail de la Reid, 47 km, 1850 D+ 2016

Reportage de la racienne Sophie Pontzeele qui a failli terminer première F sur ce parcours exigeant si le balisage de l’année dernière avait été enlevé, Bravo Sophie :

Intro : Je poursuis ma saison de trail avec une course ce samedi 16 avril en Belgique, du côté de Spa, pour un parcours de 46 km avec 1850 m de dénivelé, et au moins un tiers du parcours dans la boue, parfois jusqu’aux chevilles.
C’est parti : Temps frais et variable, quelques averses mais aussi pas mal d’éclaircies, donc plutôt agréable pour courir.
Course en tête : J’avais de bonnes sensations, au 1er ravito j’apprends que je suis 1ère féminine et je me dis que je vais peut-être enfin gagner la 1ère course de ma vie 🙂 Les difficultés arrivent, je creuse l’écart avec la 2nde et j’ai de bonnes jambes même si l’accumulation de boue me fait un peu pester. Vers le 35è je commence à courir avec un gars, on discute un peu tout en courant à un bon rythme…
Patatras : Et là, manque de concentration sans doute, on rate une bifurcation mais on met 10′ à s’en rendre compte, car on voit toujours un marquage… sauf que c’est celui de l’année précédente ! Lui continuera pour rejoindre l’arrivée sans rattraper le parcours, mais moi bien sûr j’ai des principes, donc je rebrousse chemin, je me trompe encore avant d’appeler l’organisateur et, quelques explications et 25 mn plus tard, me voilà au même carrefour où on s’était plantés.
C’est reparti : De rage, je finis rapidement les 3km en montée pour passer l’arrivée en 5h18′, seulement 3′ derrière la « 1ère féminine », que je n’avais bien sûr jamais vue de la course car elle était loin derrière…
Morale de l’histoire : Bien dégoûtée, mais ça m’apprendra à discuter au lieu de regarder la route :))
Contente quand même car les sensations étaient très bonnes, c’est encourageant pour la suite.
Bises à tous
Sophie
Epreuve reine du Trail de La Reid, le 47 km est réservé aux trailers bien entraînés. Son parcours magnifique emprunte entre autres le fameux vallon du Ninglinspo, classé patrimoine immobilier exceptionnel de la Région Wallonne.
Caractéristiques : Distance réelle : 47 km  Dénivelé positif : 1850 m Chemins et sentiers : 95 %
affiche-finale-2016 trail-45-deniv-grandSophie trail boue